Les Bienfaits D'ALLAH

Monde

Modérateur: modos

Les Bienfaits D'ALLAH

Messagepar Thoupou » Mar Fév 28, 2006 10:45 pm

Salam,

Il y avait très longtemps vivait dans un grand palais un Roi musulman.
Il était toujours accompagné de son fidèle conseiller, un homme très sage qui aimait Allah
et qui donnait des conseils au Roi quand il avait des problèmes.



A chaque fois qu'un malheur arrivait au Roi, le conseiller le consolait en lui disant : « Ce n'est pas grave, Roi, c'est un bien d'Allah ! ».

Le roi ne comprenait pas toujours et il lui arrivait de se fâcher. Un jour, en allant à la chasse, le Roi se blessa et perdit trois doigts. Tout le monde criait : « Quel malheur ! ... Pauvre Roi ! »

Sauf le Conseiller qui s'approcha du Roi et lui dit : « Mon Roi, ne pleurez pas comme ça ! Ce n'est pas trop grave, il vous reste encore des doigts ; c'est un bienfait d'Allah »

Le Roi avait très mal et se mit très en colère : « Conseiller ! Tes paroles ne me plaisent pas ! Au lieu de me consoler, tu dis que ce qui me fait mal est un bienfait d'Allah ! Qu'on l'emmène en prison ! » .



Le Roi prit un nouveau conseiller et oublia celui qu’il avait fait jeté en prison.

Des années plus tard, il partit dans la forêt en promenade avec toute sa troupe quand des cannibales les attaquèrent. Leur chef ordonna :



« Capturez moi tous les hommes en bonne santé.
Par contre, ceux à qui il leur manque quelque membre, libérez les car je n'aime pas les infirmes !»



Tout le monde fut capturé, sauf le Roi car il lui manquait trois doigts. Triste, il rentra seul au château. C'est alors qu'il se rappela que son premier conseiller était toujours en prison et alla vite le rechercher.

« Ô, mon brave conseiller, pardonne moi de t'avoir laissé si longtemps en prison. Tes paroles étaient pleines de vérité ! Je suis en vie grâce aux trois doigts qui me manquent : c'est un bienfait d'Allah mais je n'avais pas compris tout de suite. Acceptes tu mes excuses, car c'est toi le plus sage ! »

Le conseiller, heureux que le Roi avait compris que toutes les épreuves qui lui étaient arrivées était un bien pour lui de la part d'Allah , lui répondit :

« Mon Roi, ne t'excuse pas de m'avoir mis en prison, c'est un bienfait pour moi ! ».

Le Roi, étonné, lui dit :

« Mais, tu n'es pas fâché contre moi ? ? Je t'ai puni sans raison valable et ce, pendant des années. »

Le Conseiller, toujours aussi sage, lui répondit en souriant :

« Mon Roi ! Si j'étais resté auprès de vous, les cannibales m'auraient fait prisonnier et je serais à cet instant mangé ! Tout est un bienfait d'Allah, même si on ne le comprend pas tout de suite !.
Walekoume Salam.
Source:www.sadjine.com
Thoupou
 
Messages: 85
Inscription: Mer Déc 22, 2004 7:32 pm

Re: Les Bienfaits D'ALLAH

Messagepar mamie doudou de france » Mar Fév 28, 2006 11:03 pm

Thoupou a écrit:Walekoume Salam.
Source:www.sadjine.com
correction
http://www.sajidine.com/accueil.php
Avatar de l’utilisateur
mamie doudou de france
 
Messages: 6568
Inscription: Mar Mar 08, 2005 10:42 am
Localisation: france

Messagepar maestrout » Mer Mar 01, 2006 12:18 am

Très belle histoire. C'est pourquoi nous sommes exhortés vers la patience, elle a ses mérites. L'hoe impatient passera à côté de beaucoup de chose. Que nous soyons parmi les patients.
Avatar de l’utilisateur
maestrout
 
Messages: 3737
Inscription: Jeu Juin 10, 2004 1:00 am
Localisation: Qubec, Canada

Re: Les Bienfaits D'ALLAH

Messagepar super toto » Sam Avr 06, 2013 6:45 pm

Pas mal du tout, j'ai trouvé cela aussi chez les chrétiens , tout en sachant que le christianisme a précédé l'islam. Mais vu ma spécialité, j'opterai pour par une reprise de reprises de belle histoire de religions dite païennes. Il y a 5 mille ans , quand les ignorants guidés par leur ventre sont arrivés sur nos terres (je m’abreuvais à cette époque à deux sources), ils ont dit papa qui est dieu ? on leur a dit celui qui te fuit et qui te fuira toujours. Le porc a beau se mettre du parfum, il couinera toujours quand vous l'interpellerez. :mrgreen: :mrgreen:
PARABOLE DU ROI AU DOIGT COUPÉ

On raconte qu’un roi qui ne croyait pas en la bonté de Dieu, avait un esclave qui, dans
toutes les circonstances, disait : « Mon roi, ne vous découragez pas, car tout ce que Dieu
fait est parfait, il ne se trompe pas! » Un jour, ils partaient à la chasse et chemin faisant,
une bête sauvage attaqua le roi. Son esclave réussit à tuer l’animal, mais n’a pu empêcher
le roi de perdre un doigt. Furieux et sans montrer sa gratitude pour avoir été sauvé, le
noble dit: « Dieu est-il bon? S’il était bon, je n’aurais pas été attaqué et perdu mon
doigt. » L’esclave répondit seulement : « Mon roi, en dépit de toutes ces choses, je peux
seulement vous dire que Dieu est bon, et il connait le pourquoi de toutes ces choses; ce
que Dieu fait est parfait et il ne se trompe jamais!

Indigné par la réponse, le roi a ordonné l’arrestation de son esclave. Plus tard, le roi partit
pour une autre expédition de chasse et fut capturé par des hommes sauvages qui
pratiquaient des sacrifices humains. La victime royale était attachée sur l’autel, prête pour
le sacrifice. Les nobles sauvages ayant constaté que la victime n’avait pas tous ses doigts,
en vinrent à la conclusion qu’elle n’était pas assez parfaite pour être offerte aux dieux et
fut donc détachée et libérée.

À son retour au palais, le roi autorisa la libération de son esclave qu’il reçut très
affectueusement. « Mon cher esclave, Dieu est vraiment bon pour moi. J’ai failli être tué
par des hommes sauvages, mais par manque d’un seul doigt, on m’a relâché! Mais j’ai
une question : Si Dieu est si bon, pourquoi m’a-t-il permis que je te mette en prison? » Et
l’esclave de répondre ceci : « Mon roi, si j’étais allé à la chasse avec vous, j’aurais été
sacrifié à votre place parce qu’il ne me manque aucun doigt. Par conséquent, rappelez-
vous, votre majesté, que tout ce que Dieu fait est parfait. Il ne se trompe jamais!

Il est arrivé au cours de l’Histoire, que les hommes considèrent que Dieu puisse
intervenir dans les événements soit pour punir, soit pour avertir, soit pour bénir les
hommes. Le hasard n’existerait pas, il ne serait qu’un manteau dont Dieu se couvre pour
mieux passer inaperçu. Une telle vision du monde, chère aux tenants des systèmes
religieux païens, ne date pas des dernières lunes. Une telle vision a pour but de faire
valoir Dieu qui doit se montrer provident envers l’homme et ce dernier doit se soumettre
à un plan préétabli qu’il doit exécuter en automate, obéissant à des ordres divins dans le
but de recevoir des mérites ou encore des compensations. Dans le cas contraire, l’homme
se retrouverait en une situation de démérite et de possible punition. Si l’épreuve arrive,
elle arrive alors en vue d’un bien supérieur qu’il doit espérer et attendre dans la
soumission. Dans la parabole du roi au doigt coupé, on remarque tout de suite que les
deux acteurs pensent à la manière des païens de ce monde.

Jetons en premier lieu un bref regard sur une page d’Évangile bien significative à ce
sujet :cf Lc 13, 1-5. On y parle de l’affaire des Galiléens et de l’affaissement de la tour de
Siloé qui avait causé la mort de dix-huit personnes. Ces gens n’étaient pas plus pécheurs
que les autres, dit Jésus, mais ils ont été entraînés dans la mort d’une façon brutale et
inattendue. Ces drames n’étaient donc pas des punitions divines, selon une relecture
païenne des faits, mais des événements, des accidents brutaux qui doivent nous rappeler

la précarité de notre vie. Donc, dit Jésus, convertissez-vous, menez une vie propre à celle
du Royaume, sinon vous périrez tous de la même manière, vous mourrez en étant non
préparés à vivre pleinement dans le Royaume.

Le Dieu de la foi chrétienne n’est ni le Dieu totalement absent des athées ni le Dieu
totalement contrôlant des religieux du paganisme. Il est le Dieu Autre, le Dieu
bienveillant. Le Dieu qui veille donc avec bonté tout en laissant l’Homme seul face au
déroulement incessant des événements, SEUL FACE À L’AUTONOMIE DU MONDE.
L'Homme fait son bonheur en utilisant ce monde et en le maîtrisant. Dieu n’est pas
indifférent au déroulement des affaires de ce monde, il laisse notre monde exister sans
inter-venir ni pour empêcher ni pour réparer. Dieu n’est ni absent, ni contrôlant, il est le
proche partenaire bienveillant de ce monde autonome.

Le seul signe de Dieu dans le monde est venu dans la personne du Christ, dont la
présence a été espérée depuis Abraham et tous les croyants bibliques et maintenant
rendue visible au sein de l’Église. En Jésus, Dieu est intervenu par grâce, par amour, en
partenariat de bienveillance. Dieu est intervenu en Jésus comme une puissance de vie
pour l’Homme. Mais ce dernier demeure seul pour agir ou subir l’événement. Tandis que
le païen voit dans le malheur des punitions ou des avertissements providentiels, le croyant
voit dans le malheur rien de permis mais des séquelles de l’autonomie de ce monde.

En conclusion, le croyant évangélisé refuse d’être objet des hasards, refuse le rôle
d’exécutant téléguidé par un Dieu contrôlant et méfiant et devient ainsi donc un créateur
d’existence et de sens. En agissant en être de précarité sur l’événement pour épanouir son
existence, l’Homme devient donc co-créateur, véritable fils de Dieu. Et devant cet
Homme, Dieu n’est ni jaloux ni mesquin mais un partenaire bienveillant engagé à la
promotion de l’Homme pour en faire un fils dans le Fils!

- Pierre-Gervais Majeau, ptre-curé, diocèse de Joliette, QC. SOURCE:
http://www.diocesedejoliette.org/enrich ... tcoupe.pdf.
super toto
 
Messages: 8
Inscription: Lun Fév 06, 2006 6:48 pm


Retourner vers Monde, Immigration, Religion

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités