Derniers Flash
   
 


Vendredi, 24 Juillet 2009 14:32     Envoyer
ECOLE MILITAIRE INTER-ARME DE KOULIKORO:La 31ème promotion a prêté serment

Le jeudi 23 juillet 2009, cinquante officiers des forces armées de la sous-région ont prêté serment devant Dieu et les hommes. Cette étape marquant la fin de leur formation militaire, est une étape décisive de leur carrière militaire. Elle témoigne de l’engagement et de la ferme volonté des nouveaux officiers à porter haut les couleurs de la nation, tout en défendant l’intégrité territoriale pour le bonheur du peuple.

           

Le baptême de la 31ème promotion de l’Ecole Militaire Inter-Armes de Koulikoro était placé sous le haut patronage du Président Amadou Toumani Touré. Cette promotion est baptisée feu Lieutenant-colonel Boubacar Traoré, premier commandant et chef de corps de la Garde républicaine et des Goums de la République du Mali. Aussi, il est le père de l’actuel président de l’Assemblée nationale, le Professeur Dioncounda Traoré.

           

A cette cérémonie,  officiers, sous-officiers, soldats et militaires de rang ont répondu par leur présence massive. On notait également la présence du Premier ministre Modibo Sidibé, des membres du gouvernement, du chef d’Etat-major général des Armées, le Général Gabriel Poudiougou, des Directeurs des Ecoles Militaires, le Colonel Ousmane Korongo, Directeur de l’EMIA, élus nationaux et locaux, les représentants des corps diplomatiques accrédités au Mali et plusieurs personnalités de marque.
           

Au menu des activités marquant la cérémonie, on retient la montée des couleurs, la remise des galons, des sabres aux nouveaux officiers, la prestation de serment et un défilé militaire.Ainsi, le nouveau Lieutenant Bassirou Traoré du Mali est proclamé Major de cette 31ème promotion de l’EMIA.

Après le mot de bienvenue du Colonel Soungalo Coulibaly, Commandant du Centre d’Instruction Boubacar Sada Sy de Koulikoro à ses hôtes, le chef d’Etat-major Général des Armées, le Général Gabriel Poudiougou a édifié l’opinion sur la cérémonie.

 

LE GENERAL GABRIEL POUDIOUGOU

Parlant de l’historique de cette école militaire, le chef d’Etat-Major Général des Armées a précisé que la création de l’EMIA dont la devise est “s’instruire, instruire, vaincre”, est l’expression de la volonté profonde du peuple malien d’assurer par lui-même la formation de base des officiers de ses forces armées. Créée par la loi n°63-AN/RM du 11 janvier 1963, à l’occasion du 2ème anniversaire de la mise sur pied de l’armée malienne, elle a aujourd’hui 40 ans d’existence.

           

Elle a formé en son sein 992 officiers dont 91 étrangers parmi lesquels on compte aujourd’hui 26 du Niger, 21 de la Guinée Conakry, 19 du Sénégal, 16 du Burkina Faso, 3 de la Côte d’Ivoire, 2 du Togo, 1 du Gabon, 1 de la République centrafricaine et 1 du Tchad. Cette ouverture sur les autres pays s’inscrit en droite ligne de la vision panafricaine que les dirigeants du Mali ont toujours cultivé et entretenu.

           

A en croire le chef d’Etat-Major Général des Armées, la 31ème promotion compte 54 officiers dont 2 du Burkina Faso, 2 du Niger, 2 du Sénégal et 2 du Togo. Aussi, on retient  de cette promotion 3 officiers féminins parmi les 46 officiers maliens. Ce qui traduit la volonté de l’administration militaire de tenir compte de l’aspect genre au sein des institutions.

 

QUI EST LE LIEUTENANT-COLONEL BOUBACAR TAORE ?

Le Lieutenant-colonel Boubacar Traoré est né le 15 juillet 1913 dans une caserne à Mao, au Tchad où son père, le Patriarche Baba Traoré, servait dans les rangs des Forces Armées Françaises.

           

En 1925, à l’âge de 12 ans, le jeune Boubacar Traoré fut admis à l’Ecole des Enfants de Troupe de Kati. Ce contact naturel avec le milieu militaire l’a conduit, sans surprise à opter très tôt pour le métier des armes. Il s’engagea dans l’Armée Française en 1932 à l’âge de 19 ans. A partir de cette date, débute une longue et riche carrière pour ce soldat qui portait déjà en lui les qualités qui sont celles d’un bon chef militaire.

           

Intelligent et méthodique, il fut admis en 1938 au cours des transmissions de l’Afrique Occidentale Française (AOF) à Dakar où il sortit major de sa promotion avec la mention honorable. Assidu et bénéficiant de l’estime de ses chefs, il accomplit brillamment des formations de haut niveau en transmissions.

           

Outil principal de commandement du chef, les transmissions constituent une arme et un service dont le personnel doit être doué non seulement d’une bonne capacité intellectuelle mais aussi d’une bonne dose de confiance. Le Lieutenant-colonel Boubacar Traoré remplissait toutes ces conditions.

           

Il a été promu au grade de Sous-lieutenant en 1943 à l’âge de 30 ans, ce qui était une prouesse à l’époque. Ce fut alors le début d’une exceptionnelle carrière d’officier qui le mènera sur plusieurs théâtres d’opérations.

 

Il fut ainsi nommé, pendant un premier séjour en Indochine, au grande de Lieutenant en 1948, puis capitaine pendant un second séjour, le 02 juin 1956. Il revint dans son pays natal en 1956 où il est affecté au Bataillon Sahélien de l’Ouest (BSO) d’où il est encore mobilisé pour l’Algérie le 02 avril 1959.

           

Admis sur sa demande à faire valoir ses droits à la retraite le 1er janvier 1960, il reprend à l’appel de sa Patrie alors indépendante et fut investi par le Président Modibo Keïta, de la mission d’organiser la Garde Républicaine et le Goum du Mali, un corps alors nouvellement créé.

           

Homme de devoir, patriote convaincu, il a accepté de revenir sous le drapeau pour aider à la construction de notre outil de défense. Cet engagement exceptionnel a été récompensé par le Président de la République en le nommant au grade de chef de bataillon le 1er janvier 1961 et à celui de lieutenant-colonel, le 22 septembre 1964.

           

Au cours de sa brillante carrière, le Lieutenant-colonel Boubacar Traoré a reçu les décorations suivantes : Chevalier de la Légion d’Honneur de France ; Officier de l’Ordre National de la République du Sénégal ; Croix de la valeur militaire ; Médaille coloniale de blessés ; Médaille Commémorative de Campagne d’Indochine; Médaille Commémorative de Campagne de France ; Médaille Commémorative des Opérations de Sécurité et de maintien de l’Ordre avec Agrafe Algérie ; Médaille de Blessé d’Indochine ;Ordre de l’Etoile Noire de France.

           

Aux termes de son intervention, l’orateur a rappelé aux jeunes la mission qui les attend surtout en cette période où la question d’insécurité se pose avec acuité. “Face aux bouleversements que connaît notre époque, je vous invite à faire preuve de beaucoup d’imagination et surtout de courage pour relever les défis complexes auxquels nos pays et nos armes se trouvent confrontés”, a-t-il souligné.

>
Ousmane BERTHE
Nouvel Horizon
 

-

Your are currently browsing this site with Internet Explorer 6 (IE6).

Your current web browser must be updated to version 7 of Internet Explorer (IE7) to take advantage of all of template's capabilities.

Why should I upgrade to Internet Explorer 7? Microsoft has redesigned Internet Explorer from the ground up, with better security, new capabilities, and a whole new interface. Many changes resulted from the feedback of millions of users who tested prerelease versions of the new browser. The most compelling reason to upgrade is the improved security. The Internet of today is not the Internet of five years ago. There are dangers that simply didn't exist back in 2001, when Internet Explorer 6 was released to the world. Internet Explorer 7 makes surfing the web fundamentally safer by offering greater protection against viruses, spyware, and other online risks.

Get free downloads for Internet Explorer 7, including recommended updates as they become available. To download Internet Explorer 7 in the language of your choice, please visit the Internet Explorer 7 worldwide page.